mercredi 22 juillet 2009

Savoir-vivre et étiquette envers les femmes enceintes...


Bon, pour ceux qui ont pas lu mon ode aux filles enceintes de mon bureau... le fait est que je suis entouré de mamans OU nouvelles mamans OU mamans a en devenir. Sérieux, j'ai jamais été entouré de même de ma vie! Faut croire que je vieillis et le monde autour aussi.... et que le résultat est FAMILLE.

Bref! Je suis témoin  de ben des conversations de bebés. C'est normal... jusque-là, on a rien a redire - quoique à la longue, on finit par se sentir exclu en cibouère quand nous-même on peut pas en avoir. Mais aujourd'hui j'ai fait l'expérience d'une toute nouvelle merveille de ce monde, et j'ai nommé "le savoir-vivre et l'étiquette envers la femme enceinte", ou plus simplement "quoi dire ou pas dire à une fille qui va t'en pondre un betôt".

J'explique:

Lisa, un ancienne collègue de bureau, est passée aujourd'hui pour nous dire bonjour et prendre de nos nouvelles. Elle a ENFIN été capable de se booker une gradienne pour les ptits (2). Elle arrive donc au biro avec... la plus grosse bédaine du monde - le numéro trois. Tout le monde est heureux et commence à parler bébés. Moi pour faire ma part, je lui demande si c'était prévu à l'agenda OU si c'est un heureux accident. MALÉDICTION!!!!!!!! Ça l'air que ça se demande pas ces choses-là... Ha oui? Et pourquoi? Qu'est-ce qu'il y a de si perturbant dans la question? Il me manquerait peut-être une pièce du puzzle?

Et je me suis mis à penser... Pourquoi on peut rien dire aux filles enceintes? Pourquoi on peut pas atteindre un niveau confortable d'humour au troisième degrés? C'est-ti nocif pour le foetus?

Ça rejoint un peu mon idée que l'on sur-protège tout maintenant: pas d'arachides dans aucun produit, pas de fumeurs nul part sous peine de mort, le plus possible les produits bio.... et bien entendu ça touche les femmes enceintes: pas de café, pas de chocolats, pas une goutte d'alcool, pas de bli bli, pas de bla bla, pas de ceci, de cela... OUI je le sais qu'il y a plein de livres qui disent que c'est MORTEL de faire quoique ce soit et que c'est prouvé par 45 009 docteurs spécialisés... Mais avant, quand les fameux docteurs n'avaient pas encore écrit leur bouquins, on voyait des femmes fumer, boire, manger n'importe quoi... Est-ce que ça nous a donné des générations de débiles mentaux avec des bras dans le front?

Bon je m'écarte.

Conclusion, mieux vaut que je ne me mêle plus d'aucune discussions sur les bébés. De toute manière je ne peux pas comprendre, j'en ai pas (la phrase qui tue).

3 commentaires:

Willa a dit…

Voyons donc toi?
Depuis quand ça se demande pas... à mon avis de fille qui en a pas et qui n'en veut pas pour quelques années encore, je ne vois pas où est le problème avec cette question?

C'est peut-être les hormones... elles deviennent cinglées!!!

;)

Maman nouvelle, cuvée 2009 : a dit…

Hahaha... C'est trop drôle... T'en fais pas, aussitôt que j'ai annoncé que j'étais enceinte, le festival des conseils a commencé. "Mange pas de crevettes! C'est vraiment pas bon", "Tu bois du café?" (euh j'ai droit à deux tasses par jour et j'en prends une aux deux jours), "Hein? T'as le droit de manger du homard?". Hhhhhhhh ouin, pis je compte bien goûter le champagne au mariage de ma belle-mère, c'est pas deux gorgées qui vont tuer le bébé après 4 mois d'abstinence.

Alors dis-toi que c'est pire encore quand t'es enceinte et que, justement, tu peux comprendre! Faut pas virer fou, quand même. Au contraire, l'angoisse et le stress sont apparemment plus nocifs pour le bébé qu'un verre de vin de temps en temps. Tout est relatif, et comme d'habitude, tout est une question d'équilibre. Les maman freakettes, je les fuis.

Les heureux proprios a dit…

Cher Éric.
Je peux maintenant te confirmer quelque chose.
Je peux maintenant m'affirmer puisque j'ai été enceinte, j'ai expulsé un enfant avec du sang qui pissait de partout.

Il y a donc les femmes qui chignes toujours et qui deviennent complètement diaboliques enceintes.

Il y a aussi les couples poches qui faisaient rien avant d'avoir leurs kids et qui ont maintenant une raison pour fondre dans leur sofa à tout les soirs.

Ça m'amusait de les entendre avant et maintenant, je peux maintenant relativiser, nous ne sommes pas toutes pareil.

NB : J'ai quand même trouvé déplacé une directrice de CPE qui m'a dit, lorsque j'étais enceinte : «On ajoute les enfants à notre liste d'attente à leur naissance parce que tu sais, tu n'as pas encore ton 3 mois de fait et tu peux le perdre »... Bitch!